Biographie

  

J’ai 94 ans…. Neige-t-il dehors ? Je n'ai plus trop la forme mais je ne prends que deux médicaments. J'ai eu une vie mouvementée, avec des bonheurs et des malheurs, surtout du bonheur. J'ai partagé la santé, la richesse et les coups de main. Mon Dieu, tu m'as aidée à vivre un jour à la fois. Je sais qu’aujourd’hui, je vais t’oublier, mais toi tu es là, au fond de mon cœur. Un jour à la fois. Au clair de la vie, bonté infinie, protège les enfants, tous petits et grands de la Terre entière. Un jour à la fois.
Le plus grand bonheur dans ma vie était la période des réunions de famille, le temps de fêtes. Ça dansait, ça chantait, on y mettait tout notre cœur. On allait voir les grands-parents à St Jean-des-Piles, on se rencontrait chez les uns et les autres à Shawinigan. Nous sommes toujours restés très unis. Et même si dans cette famille que j’ai fondée avec Gilles je n’étais pas souvent à la cuisine, j’aimais sentir ma maison pleine de vie et travailler pour son bonheur.

 

J’ai mis au monde neufs enfants et on a du m’hospitaliser à chaque grossesse. Les 5 premiers sont nés en même pas 6 ans. Sept sont nés à la maison.

Gilles était bon père, il faisait tout, la cuisine puis tout. Regarde, il était cuisinier.

On a commencé tranquillement, on n’avait pas d’argent au départ.

Au début, il travaillait au restaurant Chez Maurice, à Grand-Mère, puis on a eu nos restaurants, deux cafétérias et une épicerie, on avait des servantes chez nous pour s’occuper de la maison. J’ai toujours voulu m’impliquer dans les mouvements sociaux et dans le travail.

J’ai secondé mon mari 32 ans dans ses commerces et restaurants. Le soir, j’étais trop fatiguée pour faire les comptes. Mais je savais qu’il ne fallait pas s’arrêter. Je ne me suis jamais découragée.

À 43 ans, j’ai été enceinte pour la 10ème fois et j’ai fait une fausse couche au 4ème mois. C’est une de mes cousines, infirmière en chef à l’hôpital, qui s’est occupée de moi. C’est Dieu qui m’a aidée à surmonter ça. La religion a toujours été mon meilleur refuge.

Nous avons déménagé plus de 20 fois sans jamais être propriétaires. J’avais 62 ans quand un de mes fils nous a acheté un bloc choisi par son père, le 15 aout à la fête de la Sainte Vierge….j’ignorais alors que le 1er septembre je serai chez moi, dans Ma maison.

Mais un an plus tard, j’étais veuve, et vivre là devint insupportable. Je me suis installée dans un HLM mais au bout d’un mois, incapable de rester seule, je suis partie vivre en Abitibi chez Marc et Jocelyne. J’y suis resté 3 ans. Trois autres de mes enfants vivaient là-bas, et c’est ce qui m’a incité à quitter Shawinigan.

Pendant ces trois années, j’ai aidé Jocelyne dans le commerce de Marc. Puis je me suis installée chez ma sœur, veuve elle aussi.

Là où j’accroche mon chapeau je me sens chez moi. Mes enfants sont ma plus grande raison de vivre. Même si mes grossesses ont été difficiles, pour moi chaque naissance est une véritable merveille.

Quant à l’argent, la vie m’a appris que quand il n’y en aura plus, il y en aura encore. La période la plus marquante de ma vie a été le mariage de trois de mes enfants la même année.

Et même si je suis assez bien renseignée sur bien des choses, je sais qu’il y en a encore à apprendre. La vie est comme un énorme lieu d’échange…..

 

  

 Marie Exilda Marguerite Gélinas est née à St Jean-des-Piles le 21 juin 1916

et est décédée à Shawinigan le 19 octobre 2010.

Ses parents étaient Donias Gélinas et Cordélia Desaulniers.

Ceci est sa biographie.

 

    

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×